Accueil / Actualités / Vastes réactions régionales contre la décision anti-Hezbollah de la Ligue arabe
ligue arabe

Vastes réactions régionales contre la décision anti-Hezbollah de la Ligue arabe

ligue arabe

Les communiqués politiques des pays arabes, à l’encontre du Hezbollah libanais, ne cessent de susciter des réactions régionales. Dans un geste hostile, la Ligue arabe a désigné, vendredi, comme “terroriste”, le mouvement populaire et résistant libanais du Hezbollah.

Les ministres arabes des Affaires étrangères, réunis vendredi 11 mars, au siège de la Ligue arabe, au Caire, ont qualifié de groupe “terroriste”, le Hezbollah.

Début mars, les six monarchies du Conseil de coopération du golfe Persique, (CCGP), -Arabie saoudite, Qatar, Bahreïn, Koweït, Emirats arabes unis, Oman-, toutes membres de la Ligue arabe, avaient pris la décision de placer le Hezbollah, sur la liste des groupes “terroristes”.

Les ministres arabes de l’Intérieur, réunis à Tunis, et à l’exception de celui du Liban, avaient, alors, apporté leur soutien au CCGP.

Réagissant, samedi soir, à la décision de la Ligue arabe, encouragée par l’Arabie, le secrétaire général adjoint du Hezbollah libanais, Cheikh Naïm Qassem, a déclaré que l’Arabie saoudite et le régime sioniste se sont serrés les coudes, pour faire face au Hezbollah.

“L’Arabie et ses alliés ne peuvent plus tolérer les acquis brillants et efficaces du Hezbollah; ils ont fini par se placer dans le camp d’Israël”, a insisté ce haut membre du Hezbollah.

Pour le secrétaire général adjoint du Hezbollah libanais, les causes de cette animosité s’expliquent par l’influence grandissante du Hezbollah, dans la région, car le Hezbollah a su faire plier Israël et libérer le Liban.

“Grâce à sa ferme résistance, ce mouvement a réussi à contrer l’influence des Sionistes, dans la région, d’où le rapprochement entre Israël et l’Arabie”, a ajouté ce cadre du Hezbollah.

S’attardant, encore, sur les raisons de la vindicte de l’Arabie, à l’égard du Hezbollah, le Cheikh Naïm Qassem a dit que le Hezbollah oeuvre à l’unité inter-musulmane et à l’unité nationale, au Liban.

“Ce mouvement a su coopérer avec divers partis politiques libanais, dans le sens de la stabilité et la sécurité du pays. Il a su neutraliser, à maintes et maintes reprises, des complots et des conspirations inter-ethniques et interconfessionnelles, l’arme des Saoudiens, pour propager les conflits et détruire l’unité inter-islamique, ainsi que pour saper la cohabitation entre Musulmans et Chrétiens.

Réagissant à cette décision, le ministre libanais des Affaires étrangères, Gebran Bassil, a souligné, lpour sa part, que le Hezbollah “a une large représentativité et qu’il est une composante importante du Liban”. Il a expliqué que cette nomination est inacceptable, car elle contredit le traité arabe, pour la lutte anti-terroriste.

En Irak, Ibrahim al-Jaafari, le ministre des Affaires étrangères, a insisté sur le point que “les mouvements, tels la Résistance libanaise et Al-Hachad al-Chebi irakien, ont pu sauvegarder la dignité et l’honneur des Arabes”. “Il faut voir dans la personne de Seyyed Hassan Nasrallah, le secrétaire général du Hezbollah, un héros, qui défend les valeurs et les causes des pays arabes”, a déclaré Ibrahïm al-Jaafari.

De même, plusieurs groupes politiques, en Irak, ont condamné, à l’occasion d’un colloque, la récente décision anti-Hezbollah du CCGP et de la Ligue arabe.

“Ceux qui qualifient de “terroristes”, le Hezbollah et les forces populaires, en Irak, sont, eux-mêmes, terroristes”, ont-t-ils insisté.

En Irak, toujours, plusieurs manifestations ont été organisées, dans les villes de Najaf et Bassora, en guise de protestation contre cette décision de la Ligue arabe et du CCGP contre le Hezbollah.

Cette qualification du Hezbollah de “terroriste” a, également, suscité l’ire des Palestiniens.

Khezer Habib, un des hauts membres du Mouvement du Jihad islamique de la Palestine, fustigeant cette décision politique de la Ligue arabe, l’a jugée favorable aux intérêts du régime occupant Qods.

“Cette décision vise à porter un coup dur à la Résistance, face aux occupants sionistes, c’est une insulte aux martyrs du Liban et de la Palestine” a-t-il déploré.

Réagissant, toujours, à cette décision, un autre leader palestinien, Jamil Mazhar, du Front populaire pour la libération de la Palestine, a déclaré que le Hezbollah se trouve en première ligne du front de la Résistance anti-sioniste.

D’autre part, l’archevêque et métropolite Théodose de Sébaste, Hanna Attallah, de l’Église grecque orthodoxe de Qods, a dénoncé cette décision de la Ligue arabe contre le Hezbollah, et déclaré: “Cette position de la Ligue arabe n’est point dans l’intérêt des nations arabes; elle attise, par contre, le feu des complots et des dissidences, dans les sociétés arabes”.

Voir aussi

gafsa gtar

Le chef du Gouvernement désigne un nouveau gouverneur à Gafsa

Dans un communiqué rendu public aujourd’hui, 14 mars 2016, la présidence du Gouvernement a annoncé ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *